vendredi
13 janvier
2023
11:00
samedi
14 janvier
2023
20:00

QUE SUR TOI SE LAMENTE LE TIGRE

(PRIX GONCOURT DU PREMIER ROMAN 2021)

Dans l’Irak rural d’aujourd’hui, sur les rives du Tigre, une jeune fille franchit l’interdit absolu : hors mariage, une relation amoureuse, comme un élan de vie. Le garçon meurt sous les bombes, la jeune fille est enceinte : son destin est scellé. Alors que la mécanique implacable s’ébranle, les membres de la famille se déploient en une ronde d’ombres muettes sous le regard tutélaire de Gilgamesh, héros mésopotamien, porteur de la mémoire du pays et des hommes.
Inspirée par les réalités complexes de l’Irak qu’elle connaît bien, Emilienne Malfatto nous fait pénétrer avec subtilité dans une société fermée, régentée par l’autorité masculine et le code de l’honneur.

EXTRAIT 1
« Nous naissons dans le sang, devenons femmes dans le sang, nous enfantons dans le sang. Et tout à l’heure, le sang aussi. Comme si la terre n’en avait pas assez de boire le sang des femmes. Comme si la terre d’Irak avait encore soif de mort, de sang, d’innocence. Babylone n’a-t-elle pas bu assez de sang. Longtemps, au bord du fleuve, j’ai attendu de voir l’eau devenir rouge. »

NOTE D’INTENTION de Niccolò Scognamiglio
Toute histoire naît du désir d’être racontée. J’aime croire cela, que ce sont les histoires qui nous choisissent et pas l’inverse. Il y a des histoires qui frappent à notre porte quand on ne s’y attend pas, qui nous saisissent puissamment pour nous ame- ner en profondeur dans les méandres que nous avons peur d’explorer.
Dans cette mise en scène, il y a une forte volonté de défendre l’importance du récit, de rendre centrale la parole dans la création théâtrale, de se réapproprier l’art de raconter. Je suis convaincu de l’importance sociale de partager des histoires, puisque c’est sur cela que se fondent les liens qui forment notre culture et façonnent notre sensibilité.
Raconter des histoires est plus que nécessaire en ces temps dédiés à la virtualité et aux écrans. Il est urgent de se concentrer sur nos corps, nos voix, nos regards pour tisser à nouveau ce lien social dont nous avons tous besoin.
Ce spectacle est présenté dans une mise en scène sobre et élégante, enrichie par les ambiances sonores de Théo Radakovitch et des voix d’Emilienne Malfatto, Clément Goguillot et Niccolò Scognamiglio, afin de sublimer la puissance bouleversante du récit et donner de la résonance aux vies des protagonistes.

EXTRAIT 2
« Je suis le frère, celui par qui la mort arrive. Je suis l’homme de la famille, l’aîné, le dépositaire de l’autorité masculine – la seule qui vaille, qui ait jamais valu. Je suis le frère qui a pris le rôle du père. Je règne sur les femmes. (…) J’ai survécu à la guerre et ce soir je vais tuer. Je vais mourir un peu en tuant. Mais mon bras ne tremblera pas.
Tremblera-t-il ? »

LE SPECTACLE
Les comédiens lisent et donnent voix aux personnages qui composent le chœur de ce récit, voix enregistrée et parlée. La mise en musique de Théo crée un espace propice au voyage en conjuguant instruments de son invention, enregistrements sonores et créations numériques. Le récit prend une nouvelle forme, celle d’une plongée musicale dans un univers poétique, aussi dramatique qu’envoûtant. Des mélodies inspirées d’un Moyen- Orient rêvé se mêlent aux bruitages qui évoquent le tragique destin qui se déroule sous nos yeux. Le son pose ainsi le décor de l’histoire et invite le public au cœur de la fiction d’Emilienne Malfatto.

Co-production : Officine Théâtrale Barbacane

Tarif : 5 €
Réservation : contact@astronef.org ou 04 91 96 98 72

Crédit photo : Matthieu Parent

Théâtre
Tout Public

DISTRIBUTION

Avec Emilienne Malfatto, Théo Radakovitch, Niccolò Scognamiglio et Clément Goguillot
Texte d’Emilienne Malfatto
Création sonore de Théo Radakovitch
Adaptation & mise en scène de Niccolò Scognamiglio